Les principes & fondements de la naturopathie

La Naturopathie n’est pas une nouvelle mode puisqu’elle puise ses racines dans l’antiquité, des Sumers, les Esséniens, des médecines ayurvédiques, chinoises  et tibétaines entre autres. Elle existait bien avant la médecine classique que l’on connait aujourd’hui et n’a pas la même approche de la santé.

DES ORIGINES HIPPOCRATIQUES

On la retrouve surtout chez Hippocrate (460 – 370 avant JC), un médecin grec du siècle de Périclès, considéré comme « le père de la médecine », qui prônait déjà la diététique associée aux quatre éléments (eau, air, terre, feu) et à leur correspondance en la théorie des humeurs (liquides du corps – sang, lymphe, liquide intra et extra-cellulaires) qui constituent le corps humain.

LES  FONDEMENTS & PRINCIPES

La naturopathie se base sur les mêmes principes et sagesses ancestraux des médecines anciennes.

  • LE VITALISME

Le vitalisme repose sur le principe que la vie n’est possible que s’il y a une énergie vitale qui l’anime.

Selon les cultures, les époques, les langues, la force vitale a été nommée de façon différente : le « Prâna » en Inde, le « Qi ou Chi » en Chine, le « Ki» au Japon.

C’est un concept qui suppose que la force vitale, universelle intelligente, soutient, organise, restaure, développe, soigne et guérit.

Elle se manifeste dans :

– Une plaie qui cicatrise sans intervention extérieure ;
– Une fièvre salutaire qui neutralise l’infection ;
– Une côte brisée qui se réossifie seule, sans même pouvoir la plâtrer ;
– Une diarrhée qui sauvera de telle intoxication ;
– Une simple inflammation tissulaire qui attirera localement des liquides nutritifs et immunostimulants ;

– La banale douleur qui attire notre attention vers une zone en souffrance …

Si la force vitale qui s’accumule dans le système nerveux et endocriniens (hormonal, glandulaire) est présente et disponible (c’est-à-dire pas mobilisée par quelque chose d’autre comme par exemple la digestion) il est toujours possible de l’améliorer. Elle n’est pas l’énergie apportée en termes de calories.

Le naturopathe a pour rôle de connaître, de respecter, de prendre soin d’une énergie vitale essentielle à l’homme. Cette énergie s’amenuise plus ou moins rapidement tout au long de la vie. Le mode de vie, le type d’alimentation influent évidemment sur la vitesse de décroissance de cette énergie. Certains la comparent à une bougie qui se consume plus ou moins lentement, sachant que tout le monde n’a pas une bougie de même taille au départ.

Le niveau d’énergie vitale est donc essentiel au bon fonctionnement du corps.

« Le naturopathe ne soigne pas mais fait appel au médecin intérieur présent dans chacun de nous ».

Hippocrate
  • L’HUMORISME

Science hippocratique des humeurs c’est à dire des liquides du corps : sang, lymphe, liquides interstitiels et cellulaires, qui représentent 60 à 70% du volume corporel moyen et baignent la totalité des cellules du corps. Ces liquides ont pour rôle de transporter les nutriments mais également les déchets du métabolisme. Leurs qualités et leurs circulations impactent directement le bon fonctionnement cellulaire et donc celui des organes.

L’objectif du naturopathe est de rendre ces liquides le plus propre possible afin d’obtenir une libre circulation des éléments nutritifs et des déchets.

 »Quand quelqu’un désire la santé, il faut d’abors lui demander s’il est prêt à supprimer les causes de la maladies. Alors seulement est-il possible de l’aider »

Hippocrate
  • LE CAUSALISME

Le causalisme s’intéresse non pas aux symptômes, qui ne sont que le résultat d’un déséquilibre de fonctionnement du corps ou un effort du corps à éliminer les déchets accumulés, mais à la cause profonde du trouble.

Il consiste à aller chercher les causes premières des troubles et se basant sur la lecture des symptômes.

Cette recherche de l’origine des troubles, peut seule, apporter la varie guérison.

« Devant la maladie, cherchez la cause, et ôtez-la, mais cherchez aussi la cause de la cause et ôtez-la, cherchez enfin la cause de la cause, et ôtez-la. Telle est la véritable guérison ».

Hippocrate

la cause d’un trouble peut être d’ordre environnemental, énergétique ou émotionnel.

  • L’HOLISME

Du grec holos (tout, entier) consiste à considérer la personne dans sa globalité, l’homme forme un tout physiques, psycho-émotionnels, énergétique relié à son environnement.  

Nous distinguons 6 plans différents dans une personne :

– Le plan physique : le plus connu, le plus dense, c’est notre corps physique.

  • Le plan énergétique : bien étudié par les sciences modernes quantiques : spectrographies Kirlian, cristallographies, sur lequel agissent l’homéopathie et l’acupuncture par exemple.
  • Le plan émotionnel, siège des sentiments, désirs et émotions.
  • Le plan mental : ou intellect, siège de la pensée. Le psychisme humain englobe le plan émotionnel et le plan mental
  • Le plan spirituel : siège des potentialités supérieures de l’être humain, et qui s’expérimente par le sens que l’on donne à sa vie, ses intuitions …
  • Le plan socioculturel : est fait des réalités relationnelles que nous entretenons avec ce qui nous entoure : familiales, professionnelles, médiatiques, environnemental, planétaires.

Et l’harmonie de tous ces plans créera notre bien-être. Certaines personnes même en ayant une hygiène de vie saine ne trouve pas la santé, ni le bien être ni la paix, parce qu’ils n’ont pas harmonisé tous leurs plans.

Le naturopathe cherche à comprendre les interactions et les blocages qu’il peut y avoir entre tous ces plans afin de prendre en compte la globalité de l’individu.

  • L’HYGIENISME

L’hygiénisme est un art qui consiste à vivre le plus possible en accord avec les lois de la nature. Parce que nous appartenons à cette nature et que nous en dépondons.

Il concerne l’utilisation des techniques d’hygiène de vie en harmonie avec ce que la nature nous offre et le bon sens !

Il consiste aussi à respecter les besoins vitaux au bon fonctionnement du corps :  

  • respirer
  • se nourrir
  • éliminer
  • se recharger

Par une hygiène de vie saine, on atteint un équilibre de vie épanouie. C’est la base de toute démarche d’amélioration de la santé.

Toutes transgressions des règles biologiques naturelles entraînent  immanquablement une réponse du système adaptatif neuroendocrinien (système nerveux et hormonal là où se trouvent les réserves de l’énergie vitale), en véritable crise salutaire voulue par l’organisme, qui prend, selon le degré de la vitalité, s’apparente à la maladie, qu’elle soit aiguë ou chronique. Elle n’est alors qu’une crise de  désintoxication spontanée.

Ainsi, le respect des règles essentielles à la vie et des lois de la Nature permettent d’entretenir cette force que nous avons en nous et de nourrir et épurer l’organisme lui permet de conserver son équilibre, son harmonie, son bien être pour avancer sur le chemin de la vie.

Virginie